2 min

Update obligations : une pause dans la reprise massive

Le secteur des ventes au détail américain a fourni une bonne surprise cette semaine et les données ont montré que l’économie de la Chine est en train de se relever, même si ce redressement n’est pas aussi vigoureux que ce que certains prévoyaient.

En résumé

  • Nous privilégions actuellement les obligations à haut rendement
  • Nous continuons de privilégier (surpondération) les obligations des marchés émergents
Update obligations : une pause dans la reprise massive
Update obligations : une pause dans la reprise massive

Dans l’ensemble, l’assouplissement des confinements et les gigantesques programmes de relance budgétaire et monétaire semblent avoir nourri l’optimisme et avoir joué continuellement en faveur des actifs au cours des dernières semaines.

Cependant, les marchés des derniers jours ont mis un terme à la tendance haussière. Il est possible que les investisseurs se soient rendu compte que les gains ont déjà été suffisants, surtout par rapport aux éventuels événements négatifs à venir qui concernent par exemple des tensions politiques en Corée, à Hong Kong, au Brésil et également entre les États-Unis et la Chine. Une éventuelle deuxième vague de cas de covid-19 est également susceptible d’avoir rendu les investisseurs plus prudents.

Nous privilégions actuellement les obligations à haut rendement, qui sont en train de récupérer certaines de leurs pertes subies à cause du covid-19. Lorsque la menace d’une nouvelle spirale de cas de covid-19 est devenue apparente, des politiques américaines ont été annoncées en vue de rassurer les marchés, fournissant un soutien à tous les actifs risqués, dont les obligations à haut rendement.

Les spreads des obligations souveraines des marchés émergents sont établis en dessous de 500 points de base, ce qui constitue un signe de stabilité. Alors que les spreads des obligations souveraines des marchés émergents ne se sont pas rapprochés à des niveaux constatés avant l’épidémie de coronavirus, nous n’avons pas non plus constaté de nouvel élargissement. Cette constatation est liée au pic atteint en Amérique latine, la région la plus risquée. Nous ne pensons dès lors pas que la situation se dégradera pour cette classe d’actifs.

Toutefois, même si les obligations d’entreprise internationales à haut rendement surperforment de manière incroyable, de concert avec le rallye des actions, nous prévoyons une augmentation des risques de pertes en raison des défauts de paiement. Nous ne comptons pas non plus sur le même niveau de soutien de la part du gouvernement pour ce type de classe d’actifs que pour les obligations d’entreprise de la catégorie « investment grade ». En outre, le rebond de l’économie américaine a été plus fort qu’en Europe, ce qui joue particulièrement en faveur des obligations d’entreprise américaines à haut rendement. Ce segment est toutefois lié au secteur énergétique et le prix du pétrole devrait rester bas (en dessous de 40 USD) pour une période prolongée.

Nous continuons de privilégier (surpondération) les obligations des marchés émergents. Nous conseillons d’opter pour une allocation dans les marchés émergents en devise forte. Ce conseil est lié à l’augmentation de l’incertitude. Tout gain sur le court terme issu du haut rendement en obligations en devise locale est susceptible de se volatiliser rapidement avec une vente massive probable de ces actifs locaux à cause d’une quelconque actualité négative qui y est liée.

Dans les pays périphériques européens, ainsi que dans le reste du monde, les spreads se resserrent. La complexité des discussions entre tous les pays membres de l’UE à propos de la façon de structurer le plan de relance est susceptible de provoquer un nouvel élargissement des spreads au cours des semaines à venir. Nous continuons de favoriser l’Espagne dans notre allocation en obligations périphériques européennes.

Matias Grinberg
Investment Communications
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.