5 min

Update Obligations : Les trésors publics toujours en augmentation

Les obligations d’État ont souffert et la tendance haussière des rendements est restée intacte à cause de l’augmentation de l’appétence au risque, due à l’amélioration de l’humeur sur les marchés des actions.
Update Obligations : Les trésors publics toujours en augmentation
Update Obligations : Les trésors publics toujours en augmentation

Les obligations d’État ont souffert et la tendance haussière des rendements est restée intacte à cause de l’augmentation de l’appétence au risque, due à l’amélioration de l’humeur sur les marchés des actions.

Le résultat des élections de mi-mandat aux États-Unis n’a pas été en mesure d’endiguer la hausse des rendements des obligations d’État – même maintenant que la nouvelle majorité démocrate à la Chambre des représentants a le pouvoir de démanteler les futurs plans du président Donald Trump sur les dépenses budgétaires.

Une future légère hausse des rendements à court terme n’est pas exclue, étant donné que l’économie américaine affiche encore une situation robuste, laissant la porte ouverte pour la Fed pour sa nouvelle hausse des taux d’intérêt en décembre. Nous pensons toutefois que les rendements obligataires se trouvent actuellement à leur point culminant et qu’ils pourraient commencer à chuter en 2019 étant donné que nous nous attendons à un ralentissement de la croissance et au début des communications de la Fed signalant une pause après deux hausses des taux supplémentaires l’année prochaine.

En Europe, tous les yeux ont été rivés sur la volatilité liée au risque typique par rapport à la politique financière de l’Italie. Les résultats plus favorables que prévu des banques italiennes après les stress tests imposés par l’Autorité bancaire européenne ont engendré un certain soulagement. Le conflit avec l’UE sur la règlementation fiscale semble toutefois encore constituer un point de discorde. Pour le moment, la prime de risque pour les obligations d’État italiennes à 10 ans n’a de nouveau pas dépassé le seuil des 300 points de base. Il y a de la place pour des rendements plus faibles si le conflit actuel peut être résolu et avec des risques de notation qui ne sont apparemment pas à l’ordre du jour pour le restant de l’année.

Les spreads des obligations d’État européennes flirtent encore avec le niveau le plus élevé de cette année, mais ont été capables de s’améliorer. Cependant, l’interruption du programme d’achats d’actifs de la BCE pourrait constituer une raison de rester prudent dans ce segment.

Les pays émergents ont envoyé des signaux contrastés cette semaine. Les Mexicains ont voté en faveur de la suppression d’un nouveau projet d’aéroport d’une valeur de 13 milliards USD, qui est déjà en construction. Si le gouvernement va dans le sens de ce référendum non contraignant, cette décision pourrait lui coûter beaucoup d’argent.

Au Brésil, avec le président élu Jair Bolsonaro à la tête du pays, l’attention sera maintenant tournée vers la composition de son gouvernement, ses préférences politiques et ses perspectives de formation d’une coalition qui fonctionne au sein du parlement. Les acteurs du marché prévoient que la réforme des pensions sera adoptée rapidement pendant la présidence de Bolsonaro. Si cette hypothèse se confirme, elle ouvrirait le chemin à une reprise conjoncturelle soutenue de l’économie brésilienne. Dans l’ensemble, nous restons positifs sur la dette des marchés émergents et nous estimons qu’elle représente encore une occasion d’achat intéressante.

Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.