2 min

Update obligations : les mesures d’assouplissement contribuent à la reprise

Les gouvernements ont annoncé de nouvelles mesures d’assouplissement du confinement. Les marchés ont accueilli positivement cette nouvelle et l’appétence au risque est ensuite repartie à la hausse.

En résumé

  • Nous maintenons notre surpondération en faveur des obligations à haut rendement comme la dette des marchés émergents (EMD), mais nous restons attentifs à l’évolution de l’économie.
Update obligations : les mesures d’assouplissement contribuent à la reprise
Update obligations : les mesures d’assouplissement contribuent à la reprise

Comme d’habitude, les obligations d’État américaines et allemandes ont vu leurs rendements s’apprécier, et les obligations périphériques de la zone euro ont récupéré certaines de leurs pertes antérieures, ce qui a engendré un rendement positif pour notre allocation tactique.

Cette situation pourrait toutefois changer radicalement en fonction de l’évolution du conflit entre la Banque centrale européenne (BCE) et le tribunal allemand. Ce dernier est opposé à l’idée de laisser la BCE mettre tout en œuvre pour soutenir l’économie. Si cette décision se confirme, elle pourrait provoquer des ventes massives d’obligations d’État périphériques et potentiellement exacerber les tensions politiques entre les membres de l’union. Néanmoins, nous pensons que le mandat de la BCE est plus important que la décision des juges dans ces circonstances exceptionnelles, et que la BCE en tant qu’institution indépendante continuera de soutenir ces obligations d’État et ces obligations d’entreprise européennes.

La tendance de « retour au travail » initiée par les gouvernements dans le monde entier s’est avérée particulièrement positive pour nos actifs risqués. Les crédits à haut rendement internationaux ont affiché une hausse en une semaine, et la dette des marchés émergents (EMD) a récupéré la confiance des investisseurs. Dans l’ensemble, la plus grande perte enregistrée par la dette souveraine des marchés émergents depuis le début de l’année pendant la pandémie était de 15 %. Ce chiffre était un peu plus élevé pour les obligations d’entreprise à haut rendement et beaucoup moins élevé pour la catégorie la plus préservée des trois, les obligations d’entreprise des marchés émergents, qui ont perdu jusqu’à 10 %. Actuellement, le rallye a permis de réduire les pertes enregistrées depuis le début de l’année par les obligations d’entreprise des marchés émergents à ‑8 %, et à -11 % pour la dette souveraine des marchés émergents et les obligations d’entreprise à haut rendement. Étant donné que nous disposions d’une surpondération en EMD et que les pertes les plus importantes ont été enregistrées pour les obligations d’entreprise à haut rendement, cette situation a été favorable à notre allocation active.

La situation de coronavirus est incertaine dans sa nature. La reprise pourrait être fulgurante en cas de découverte d’un vaccin, alors que la chute pourrait être tout aussi importante si les effets récessionnistes sur l’économie s’avéraient plus néfastes que prévu. Nous maintenons notre surpondération en faveur des obligations à haut rendement comme la dette des marchés émergents (EMD), mais nous restons attentifs à l’évolution de l’économie. Nous pouvons décider ultérieurement d’apporter de nouvelles modifications, que ce soit pour basculer dans une position plus défensive ou plus risquée.

Matias Grinberg
Investment Communications
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.