2 min

Update Actions : La volatilité se maintient

Étant donné que les conditions exceptionnelles créées par le Covid-19 nécessitent des mesures exceptionnelles, la Réserve fédérale américaine a annoncé des achats illimités d’obligations gouvernementales et de titres adossés à des créances hypothécaires.

En résumé

  • Le Market PMI a chuté pour atteindre un niveau plancher historique en Europe
  • Les investisseurs sont prudemment revenus vers les marchés des actions
Update Actions : La volatilité se maintient
Update Actions : La volatilité se maintient

En plus des mesures prises par la banque centrale, le Sénat américain est parvenu à un accord en vue de soutenir l’économie américaine. Quelques tentatives ont été nécessaires pour atteindre un accord sur une enveloppe de 2 000 milliards USD.

Au même moment, les conséquences du Covid-19 sur la société sont devenues de plus en plus visibles sur la vie quotidienne. Les mesures de lockdown sont devenues la nouvelle norme pour un quart de la population mondiale. Simultanément, la vie économique s’est également presque arrêtée. En Europe, l’effondrement de l’activité économique a été illustré par le PMI Markit de la Zone Euro, qui mesure l’activité économique. Celui-ci a chuté pour atteindre un niveau plancher historique. Les données allemandes et françaises montrent que le secteur des services, qui est le principal moteur de l’indice PMI composite Markit et la pierre angulaire de la reprise économique, a affiché une forte baisse.

Après quelques hésitations, les investisseurs sont prudemment revenus vers les marchés des actions à la suite des programmes d’aide lancés par les banques centrales et par les gouvernements. Des premiers pas ont été effectués en Asie, où l’évolution de la pandémie du Covid-19 semble être sous contrôle. Les actions de la Corée du Sud ont affiché une solide reprise, alors que le gouvernement a annoncé simultanément des mesures en vue de stabiliser les marchés financiers. Lorsque la vie reprendra progressivement son cours normal, les consommateurs asiatiques devraient être les premiers à dépenser à nouveau.

Bien que les prix du pétrole se soient à peine relevés des récents niveaux planchers, les actions des entreprises productrices de pétrole et de gaz ont regagné une partie de leurs pertes après plusieurs semaines désastreuses. À l’instar d’autres secteurs, des entreprises continuent de reporter leurs plans d’investissement, de réduire les dividendes et de suspendre les rachats d’actions. Les actions financières et cycliques ont bénéficié le plus des programmes de soutien annoncés par les banques centrales. En échange d’une flexibilité pour l’octroi de prêts, les banques recevront davantage de liberté de la part des banques centrales. En raison de la reprise des actions énergétiques et financières, les marchés des actions de la Zone Euro qui ont plongé plus profondément que les autres régions, se sont également relevés plus rapidement. Les secteurs comme les soins de santé, les services publics et les biens de consommation de base, qui ont surperformé les marchés lorsque les prix des actions étaient en chute libre, ont été à la traîne par rapport à la performance du marché pendant la reprise du marché des actions cette semaine.

À l’échelle des entreprises, Nike a publié ses résultats trimestriels. Bien que les ventes aient chuté en Chine à cause de la fermeture des magasins en février, les résultats ont été meilleurs que prévu. Le cours de l’action a bondi de plus de 9 %. Boeing a affiché une reprise remarquable, s’appréciant de plus de 60 % en à peine trois jours. Le plan de sauvetage américain a également fourni des fonds pour l’activité de transport aérien en perte de vitesse. Enfin, le plus grand brasseur de bière dans le monde, AB Inbev, a abandonné ses prévisions pour 2020 et a déclaré que la vente de sa filiale australienne serait terminée au cours du deuxième trimestre, au lieu du premier. Le cours de l’action s’est apprécié après cette annonce, ce qui pourrait vouloir dire qu’un bon nombre de mauvaises nouvelles avait déjà été pris en compte.

Arthur Boelman
Investment Communications
Avis
Il n'y a pas encore d'avis sur cet article.